Recherche
Je m'abonne
S'abonner à la newsletter

RSE, ISR, ESG... tout comprendre des critères sociaux et environnementaux

Publié par Emma Lalieu le - mis à jour à
RSE, ISR, ESG... tout comprendre des critères sociaux et environnementaux
© JNT Visual - Fotolia

Les entreprises doivent de plus en plus se soucier de leur impact environnemental et intégrer de nouvelles politiques en termes de management. RSE, ISR, ESG, à quoi correspondent vraiment ces labels ?

Je m'abonne
  • Imprimer

Avec la crise sanitaire, la prise de conscience des enjeux environnementaux s'est intensifiée. Les plans de relance nationaux et européens pour contrer la crise sensibilisent les différents agents économiques aux critères de développement durable. Des critères environnementaux sont utilisés pour analyser et évaluer la prise en compte du développement durable et des enjeux de long terme dans la stratégie des entreprises. Il existe plusieurs critères pour indiquer et certifier les engagements d'une entreprise. Ces critères environnementaux et sociaux permettent d'améliorer la qualité du service (réduction des nuisances, réduction de l'impact du service sur l'environnement, caractéristiques sociales internes, amélioration de la sécurité...).

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

La RSE consiste à intégrer les enjeux environnementaux et sociaux dans le fonctionnement de l'entreprise et dans ses produits et services. La loi Pacte (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) impose ces transformations depuis 2019 inscrivant ainsi la RSE dans le code civil. Une entreprise dans une démarche RSE doit alors s'assurer d'avoir un impact positif sur la société et l'environnement tout en étant économiquement viable. Les entreprises communiquent sur leurs politiques notamment en publiant des rapports RSE, qui sont parfois intégrés à leur rapport annuel.

Cette transformation de la gouvernance des entreprises est dorénavant prise en compte par les acteurs de la finance. Pour juger de la stratégie et donc le potentiel de croissance des entreprises, banquiers et assureurs ajoutent aux critères financiers classiques des éléments extra financiers qui évaluent la politique RSE des sociétés, grâce aux critères ESG.

Les critères Environnement Social Gouvernance (ESG)

Les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) permettent une analyse extra-financière d'une entreprise. Ces critères permettent à un investisseur de découvrir si une entreprise met en oeuvre une stratégie socialement responsable, et particulièrement comment elle se comporte avec l'environnement et ses parties prenantes (salariés, partenaires, sous-traitants et clients). Autrement dit, on appelle analyse ESG, la mesure par un investisseur de la performance RSE d'une entreprise.

Plus précisément, le critère environnement permet notamment d'analyser la politique d'une entreprise à propos de sa réduction de gaz à effet de serre, de gestion des déchets et d'observer si elle se soucie des possibles risques environnementaux générés par son activité. Le critère social prend en compte la prévention des accidents et des risques psychosociaux, la formation du personnel, le respect du droit des employés, l'organisation de la chaine de sous-traitance et la qualité du dialogue social. Le critère de gouvernance vérifie l'indépendance du conseil d'administration, la répartition entre les hommes et les femmes au sein de l'équipe dirigeante, la structure de gestion et la présence d'un comité de vérification des comptes.

Depuis mars 2021, il existe une version durable du CAC 40, l'indice phare du marché actions français. Le CAC 40 ESG rassemble ainsi les entreprises qui témoignent des meilleures pratiques d'un point de vue environnemental, social et de gouvernance (politique de vote en assemblée générale, dialogue avec les actionnaires, transparence financière...). Sa performance depuis 2010, qu'Euronext a reconstituée virtuellement, s'élève à 94 %, contre 55 % seulement pour le CAC 40. Des fonds indiciels, les ETF (Exchange Traded Funds) permettront prochainement d'investir, à moindres frais, dans les sociétés qui composent ce nouvel indice.

Les critères ESG sont ainsi utilisés pour gérer les fonds ISR, les fonds qui appartiennent à l'univers de l'Investissement Socialement Responsable.

L'Investissement Socialement Responsable (ISR)

Crée en 2016, l'ISR est un label défini par le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance. Il permet aux épargnants, ainsi qu'aux investisseurs professionnels, de repérer les fonds d'investissement socialement responsable (ISR), aboutissant à des résultats mesurables et concrets. De manière générale, les sociétés de gestion des fonds labellisés doivent se fixer des objectifs ESG (environnement, social et gouvernance). Pour qu'une entreprise se voit attribuée ce label, elle doit répondre aux six critères de l'ISR. Elle doit définir les objectifs recherchés, mettre en place une méthodologie d'analyse (sélection des actifs ESG), construire et gérer le portefeuille, engager les parties prenantes, informer les investisseurs et les épargnants et évaluer les impacts de la démarche.

Les ISR sont des supports d'investissement durable qui cherche à encourager le développement social. Il est possible d'y souscrire dès l'allocation d'un portefeuille de titres ou lors d'un arbitrage. Ces fonds ISR sont visibles par toutes personnes. Un conseiller en placement financier peut apporter son aide dans la recherche d'un fond ISR intéressant. Ce type d'investissement concerne une grande variété de domaine, présent dans tous les secteurs d'activité répondant aux critères du label.

On trouve d'autres labels permettant une économie responsable comme le label TEEC : Transition Energétique et Ecologique pour le Climat qui permet aux investisseur de contribuer à une tendance de transition écologique. Il existe aussi le label CIES : comité intersyndical de l'épargne salariale garantissant une gestion socialement responsable et enfin, le label Finansol.



Je m'abonne

NEWSLETTER |

La rédaction vous recommande